Quand les morts sont en prison – Les « cimetières des chiffres » des prisonniers palestiniens en Israël

En septembre 2017 le gouvernement israélien a décidé d’enterrer quatre Palestiniens dans des cimetières anonymes, entraînant la réprobation des familles à qui l’on refusait de rendre les corps. Lire l’article Méprisés même dans la mort : les Palestiniens s’insurgent contre les  » cimetières des nombres « .

Déjà les mois d’octobre et de novembre 2015, caractérisés par des révoltes de jeunes Palestiniens avaient remis à jour la question de la confiscation des corps des Palestiniens tués par Israël.

Dans une conférence de presse, le président de l’agence al-Ray Imad Hadidi, a annoncé le 2 décembre 2015 qu’il y a 44 corps de Palestiniens détenus par Israël (dont les corps de 14 enfants et quatre femmes).

Depuis 67 ans, l’armée Israélienne confisque les corps de certains combattants Palestiniens et Arabes. Les cadavres sont conservés dans des cimetières secrets sous des numéros d’identification. Les Palestiniens surnomment ces cimetières « Makaber el Arkam », les cimetières des chiffres ou « cimetière des nombres ».

Connus de tous les Palestiniens ces cimetières des chiffres sont un secret d’État en Israël et pratiquement inconnus du public français. Leur emplacement est donc tenu secret, mais on parle de du Cimetière Amiad près de Safed au nord du pays et Jisr Adam dans la Vallée du Jourdain.

Selon un article récent du middleeasteye.net, on recense aujourd’hui plus de 268 cas de cadavres confisqués. Ce sont des centaines de familles palestiniennes qui souffrent de ne pouvoir pleurer leurs morts et faire leur deuil.

Dans cet interview, Gilles Devers fait mention de 350 familles concernées :

- Des dépouilles ne sont pas rendues aux familles

C’est une pratique utilisée durant la deuxième intifada, qui aujourd’hui connaît une recrudescence. Emilie Mulder dans l’article « Depuis des décennies, Israël pratique la politique de rétention des dépouilles mortelles des Palestiniens assassinés » développe ce point alors qu’à ce jour, 44 dépouilles de Palestiniens tués en octobre sont retenues par Israël.

Cette pratique est donc constante, il existe même un organisme palestinien chargé de cette question : le « Comité National Palestinien pour la Récupération des Corps des Martyrs« .

Ainsi il existe en Israël des « cimetières des chiffres » où de vagues tombes portant un numéro sur une pancarte contiennent des dépouilles de personnes palestiniennes répertoriées et que les autorités retiennent.

Extrait du documentaire « Palestine : la case prison », réalisé par Franck Salomé:

Plusieurs manifestations ont eu lieu dès lors pour que les familles puissent récupérer les corps et enterrer leurs morts, ainsi à le 27 octobre à Hébron (El-Khalil).

Les dépouilles palestiniennes, déshumanisées servent ainsi de monnaie d’échange et sont des moyens de pression de l’occupant. En janvier de l’année dernière une restitution de corps avait eu lieu selon le Figaro.fr.

Il faut voir aussi sur ce sujet cette enquête de 2010 sur France24 :

Mais cette pratique est aussi utilisée pour conserver les dépouilles des prisonniers qui sont morts avant d’achever la durée de leur condamnation !

Source: Collectif 69

Date: 15 décembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s